Je suis atteinte de : S.O.P.K

Coucou tout le monde,

Aujourd’hui, je viens vous parler d’un syndrome qui est de plus en plus fréquent chez les femmes et dont je suis atteinte. Il s’agit du Syndrome des ovaires polykystiques ou appelé: SOPK.

Qu’est ce que le SOPK ?

Selon les études, une femme sur dix est atteinte de SOPK. Il s’agit d’un désordre hormonal qui peut causer des menstruations irrégulières, de l’acné ou encore une pilosité accrue. Souvent cela peut apparaître à l’adolescence ou chez les femmes jeunes en âge de féconder. Il s’agit d’un syndrome qui, ne peut pas se soigner complètement. Des traitements existent pour aider, selon la gravité du soucis, mais si vous êtes diagnostiqué, sachez que vous devrez vivre avec.

Cette « maladie » est un déséquilibre hormonal qui se crée lorsque le taux d’hormones de l’hypophyse, appelé LH ou le taux d’insuline sont trop élevés, ce qui incite l’ovaire à produire trop de testostérone. Normalement ils produisent de l’œstrogène et de la progestérone (les hormones sexuelles femelles). Tous les ovaires sains fabriquent une petite quantité de testostérone, mais avec cette maladie, elles deviennent plus importantes que les hormones femelles. Il faut donc les régulariser ou les diminuer.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes les plus fréquents sont:

  • Les menstruations irrégulières soit tres espaces sans rien ( deux, trois mois voir plus sans règles), soit constantes, sans arrêts.
  • La pilosité excessive.
  • L’acné.
  • Prise de poids ou difficultés à perdre les kilos pris.
  • Plaques sur la peau (brunissement de la peau).

Comment se diagnostique t’il ? 

Vous aurez à probablement subir un test sanguin ainsi qu’une échographie vaginale afin de contrôler les ovaires. Ils sont souvent plus gros chez les femmes qui sont atteintes de ce Syndrome. Parfois accompagnés de Kystes. A la prise de sang, ils vérifieront vos taux d’hormones, la glycémie et les lipides.

Le SOPK et la fertilité, compatible ?

Les femmes atteintes du SOPK ont un utérus et des ovules sains. Cela va dépendre, certaines femmes ont des difficultés et d’autres n’en ont pas. Si vous avez des difficultés, des traitements existent pour vous aider à tomber enceinte.

Comment se traite le SOPK ? 

L’une des choses principales à faire avant même de passer à une méthode médicamenteuse (pour beaucoup de femmes), est de passer à un mode de vie plus sain. Exercices et alimentation saine et équilibrée sont très important.

Il est important si vous avez ce soucis, de perdre du poids si vous êtes en surpoids. Les conseils qui sont souvent donnés afin de perdre du poids avec ce syndrome sont :

  • Choisissez des aliments nutritifs, riches en fibres et en glucides plutôt que des aliments contenant du sucre et des glucides raffinés.
  • Assurez un équilibre entre les glucides, les protéines et les bons gras.
  • Prenez de petits repas et des collations répartis pendant la journée plutôt que de gros repas.
  • Faites de l’exercice régulièrement pour mieux gérer votre taux d’insuline et votre poids.

(Ce qui est « marrant » c’est que le programme de sport que je suis, est basé sur ce genre de conseils aussi, mais un poste sur le sujet arrive rapidement).

Pour tout ce qui est acné ou pilosité, des médicaments peuvent vous aider a réduire ce soucis.

Une des façons de contrôler un peu plus ce soucis est de prendre une pilule adaptée. Si vous ne prévoyez pas dans un futur proche de tomber enceinte c’est une chose que vous pouvez faire. Le fait de prendre la pilule, aidera a :

  • Corrigera le déséquilibre hormonal.
  • Abaissera le taux de testostérone (ce qui réduira l’acné et la pilosité).
  • Régularisera vos règles.
  • Réduira le risque de cancer de l’endomètre.

Et une autre forme de médicament existe également, il est généralement utilise en dernier recourt ou auprès des femmes avec un taux d’insulines élevés. Il aide le corps a réduire de taux.

Certaines femmes doivent prendre ce médicaments ainsi que la pilule.

Mon expérience personnelle :

Ayant envie d’avoir un enfant bientôt, j’avais prit la décision d’arrêter la pilule. Comme parfois il faut des années pour tomber enceinte après avoir pris la pilule pendant une longue période. J’avais arrêté en avril 2016. Tout se passait bien, j’avais une petite irrégularité mais je pensais que c’était normal comme je venais d’arrêter et qu’il faut un petit temps pour que le corps s’ajuste au changement.

En janvier 2017, j’ai commencer a me poser des questions sur ce que je pouvais bien avoir, parce que je n’avais pas eu mes règles de aout/septembre a janvier. Et lorsque je les avais eu en janvier, ce n’était pas des règles normales mais des caillots de sang … je vous passes les détails. Je me suis dit à ce moment là que c’était normal, je ne les avais pas eu depuis 3/4 mois, fallait bien qu’un truc comme ca arrive.

Sauf que j’avais des crampes au niveau des ovaires, autour du moment où j’aurais dû avoir mes règles, mais je n’avais pas de règles. Fevrier passe, Mars arrive et fin mars j ai prit rendez vous pour voir un peu ce qui pouvait bien se passer. J’ai vu une gynécologue qui, m’avait prescrit de faire une échographie vaginale afin de vérifier les ovaires ainsi qu’une prise de sang.

Apres avoir vérifier tout cela, le diagnostique est tombé, j’étais atteinte de SOPK. Je me doutais un peu parce qu’a l’échographie, elle m’avait confirmé que les ovaires étaient plus gros que la normal. Rien d’inquiétant ils étaient en parfaite santé, pas de kystes … Avec les prises de sang on a pu voir que le taux de testostérone était élevé, ainsi que le diabète … Donc tout se confirmait.

Au début je l’ai mal pris. J’étais très triste et il m’a fallu un peu de temps pour me mettre en tête que ce n’était pas grave, que j’allais changer tout cela et que cela aurait pu être pire.  J’avais réagi pareils lorsque j’ai su que je faisais de l’hypothyroïdie (soucis hormonales de la thyroïde). Mais je vis très bien avec.

Cela fait donc maintenant presque un an que j’ai découvert que j’avais ce syndrome. Avec les soucis de mon mari (expliqué ICI ), j’ai essayé de me motiver à changer tout notre mode vie, mais, quand le moral n’y est pas ce n’est pas facile de vouloir faire des choses pour soi. Du coup, je n’ai pas été aussi assidue que ce que j’aurais du être. Je comptes bien faire de cette année 2018, celle de changement de vie, et celle où je vais enfin faire des choses pour moi. Pour être mieux.

En farfouillant un peu sur internet, je suis tombé sur 10 conseils de base à propos du SOPK. Les voici pour vous :

Dix conseils de base à propos du SOPK

  1. Mangez de façon équilibrée. Votre corps a besoin de glucides, de protéines et de lipides (matières grasses).
  2. Choisissez des aliments contenant des glucides qui sont riches en fibres et pauvres en sucre.
  3. Faites amplement provision de fruits et de légumes. Ils sont riches en fibres et en vitamines et minéraux.
  4. Assurez un équilibre entre les glucides, les protéines et les bons lipides.
  5. Surveillez vos portions lorsque vous mangez des aliments hyper-glucidiques (surtout s’ils contiennent peu de fibres).
  6. Prenez de petits repas et des collations saines répartis pendant la journéeplutôt que trois gros repas.
  7. N’oubliez pas de faire de l’exercice ! Même si la saine alimentation est importante, elle n’est pas suffisante. Vous devez aussi faire de l’exercice régulièrement. Faire de l’exercice ou en faire plus que ce que vous faites déjà vous aidera à mieux gérer le SOPK.
  8. Essayez de ne pas vous sentir frustrée si vous ne perdez pas de poids rapidement ou si vous avez déjà essayé de perdre du poids sans succès. Apprendre à choisir et à varier les bons glucides et faire de l’exercice régulièrement aideront !
  9. Restez positive ! Il peut être très difficile d’obtenir des résultats visibles. Le fait de choisir ce qui est bon pour votre corps EST bénéfique, même si vous ne constatez pas de changement majeur quant à votre poids.
  10. Parlez à votre professionnel de la santé de la prise en charge du SOPK. La majorité des jeunes femmes atteintes du SOPK doivent prendre une médication, même si elles s’alimentent bien et font de l’exercice. Si vous avez d’autres questions à propos du SOPK, votre professionnel de la santé vous incitera peut-être à consulter un spécialiste en diététique auprès d’adolescentes atteintes du SOPK.

Le site qui proposait ces 10 conseils est le suivant : Youngwomenshealth.org !

N’hesitez pas à partager votre expérience avec moi, avec nous si vous êtes atteinte de ce syndrome. Si vous avez des conseils, des recettes aussi, se serait super de nous les partager.

Merci et gros bisous 😘 

Pauline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s